« C’était un des derniers refuges de l’inconnu et du merveilleux sur terre, un des derniers boulevards des très vieilles humanités, incompréhensibles pour nous et presque un peu fabuleuses... »

Pierre Loti

Voici la huitième édition des « Orientales », toujours tournée vers l’Orient, ses musiques, ses arts. C’est une manifestation unique en Europe.
Après avoir vu les marionnettes de Mandalay lors d’une précédente édition, un festivalier revenant de Birmanie, faisait remarquer la difficulté de voir sur leurs terres d’origine de véritables spectacles traditionnels. En effet, beaucoup des artistes invités chaque année viennent de régions isolées et appartiennent à la face cachée du continent asiatique, désormais dissimulée sous de nouvelles forêts urbaines. Car nous ne sommes plus à l’époque de Pierre Loti — auquel nous rendons hommage à l’occasion de cette édition, lui qui, au cours d’une période historique charnière, découvrait encore avec aisance les merveilles de l’Orient et de l’Asie tout en appréhendant leur déclin.

Fort du succès croissant de cette manifestation (20 000 spectateurs en 2005), le festival proposera un foisonnement de rendez-vous singuliers, s’articulant autour des principaux concerts, des salons de musique supplémentaires, des ateliers musicaux, des lectures et des films et conférences.

Cette édition accordera une place très importante à la présence féminine et au sacré, un sacré fécond qui couvrira un puzzle religieux allant de l’Hindouisme au Bouddhisme, du Shintoïsme au Judaïsme, de l’Islam à la foi chrétienne.

Le premier week-end, le Japon et son magnifique rituel du Kagura, le Cambodge avec ses enfants représentant l’Armée des singes de la grande épopée du Ramayana, Taïwan, refuge de la grande tradition classique chinoise, le Royaume du Bhoutan, les îles Sunda, le Myanmar, l’Ouzbékistan, la Mongolie… incarneront la beauté et le mystère de l’Asie. L’Iran sera notre transition entre l’Asie et le continent indien cher aux Orientales.

Le deuxième week-end, nous nous rapprocherons d’un Orient plus familier, celui des tsiganes, avec une journée qui nous entraînera au cœur d’Istanbul, pont entre Occident et Orient, entre monde ancien et contemporain.

Le Festival se tourne vers son public privilégié, le public ligérien, et souhaite élargir son audience à des publics nouveaux. Il œuvre en partenariat toujours plus étroit avec ses soutiens fidèles : l'Etat, le Conseil Régional et le Conseil Général. Il célèbre cette diversité culturelle à laquelle nous sommes tant attachés, facteur d’équilibres et de libertés pour des peuples si proches de nous.

Hervé de Charette
Président



Recevoir des informations sur le festival 2007


|| 8eme édition || Du sacré au quotidien || Concerts et spectacles ||

|| Rencontres || Epopée musicale || Expositions || Lectures musicales || Ateliers || Cinéma || Tarifs et réservations || Renseignements || Partenaires ||

|| Programme 1er week-end || Programme 2e week-end ||

Contact festival || Conceptionet graphismes studio JCR ||