Macédoine

CONCERT

Vendredi 28 juin
Abbatiale, 20h00
Tarif : 15 € / 10 €

Billetterie

Achetez vos billets en ligne sur www.fnac.com
Billetterie physique sur place tarifs

Chant et flûtes des bergers

Les frères Dervishi, accompagnés au kaval - 1h

Adnan Aliu

Adnan Aliu - DR

« Côte à côte, nous allons jouer près de la fenêtre,
Nous les verrons les fleurs de printemps,
Nous les verrons les fleurs de l'été,
Ô, celui qui nous a séparé,
que son cœur ne cesse de pleurer
comme la pluie de montagne n'arrête de tomber.
 »

 

Chant Les sept rossignols aux bras verts

La beauté rare, dépouillée, de la tradition albanaise à travers chants épiques et lyriques à deux voix et flûtes longues kaval.

Au cœur de la vaste mosaïque balkanique se manifeste un patrimoine culturel unique qui compose avec les vestiges d'une occupation ottomane longue de cinq siècles (du XVe s. à 1912), les règles kanun édictées par les princes, califes et sultans d'antan, les dissensions ethniques et les rivalités religieuses, les déplacements de communautés, les échos d'un régime communiste isolationniste auxquelles se joignent allégrement les revendications nationalistes... 

L'Albanie, ce pays des aigles dominé par le Mont Korab, apparaît comme une enclave fantastique où sommeillent, dans le secret des légendes et des épopées, le poète inspiré, l'ascète soufi, le héro maquisard ou le berger amoureux. La vie pastorale semi-nomade y constitue le mode de vie le plus traditionnel : les montagnes escarpées limitant les ressources agricoles et imposant de rudes conditions climatiques, familles et troupeaux avaient coutume de parcourir les distances à la recherche de pâturages. 

Toutefois, là comme ailleurs, les pratiques et savoirs traditionnels n'échappent pas aux transformations économiques et technologiques, à la dissolution des écosystèmes et à la promotion de la sédentarisation. Si la tradition millénaire s'efface peu à peu, ce n'est pas sans laisser de traces dans la culture et en particulier dans la musique, fruit de la mémoire collective. 

Les frères Dervishi appartenant à la communauté des Albanais de Macédoine, incarnent ainsi la tradition vocale de leur ville d'origine, Kerçove. Formés par leur père, tous deux jouissent d'une grande popularité depuis les années 80 auprès de leur communauté dispersée entre la Macédoine, le Montenegro, le Kosovo et bien sûr l'Albanie.

Cette « musique de source » (muzike burimore), conforme aux polyphonies du Sud de l'Albanie, se passe de bourdon et se façonne dans le dialecte local. La psalmodie de ces récits se fond dans de longues notes expirées comme le souffle d'un vent nocturne. Le ressac du kaval joué par le maître Sallah Shabani et le jeune Adnan Aliu originaires de la ville voisine de Gostivar, prolonge et magnifie ces voix grandissant et s'éteignant ensemble, mêlées l'une à l'autre comme deux racines. Symbole de la vie pastorale, le kaval (ressemblant assez au ney persan) est la flûte en bois oblique ouverte aux deux extrémités, commune aux Balkans, en particulier à la Bulgarie et à l'Anatolie. Le musicien habile, grâce au contrôle du souffle, peut aisément se promener dans un registre de plusieurs octaves. 

Sobriété et clarté caractériseront ce concert sous les voûtes de l'abbatiale. Une musique qui semble n'avoir rien perdu de sa force, de sa chaleur, de sa spontanéité et de sa poésie, en dépit d'un lien moins ténu que jadis à la nature. 

Enris Qinami, conseil artistique
Arben Mehmeti, coordination

---

Dervish Dervishi et Aziz Dervishi, chant
Sallah Shabani et Adnan Aliu, flûte kaval